Un exemple de bon mail de prospection : le mail de Sumo

Dans cet article, vous allez comprendre l’anatomie d’un excellent cold email avec cet exemple de mail de prospection. Pourquoi est-il bon ? Et quelles leçons pouvez-vous en retirez ? C’est ce qu’on va voir maintenant !

Sumo est une boîte américaine qui crée des outils et plug-in pour aider les sites à convertir plus de visiteurs en acheteurs. Elle est très connue aussi bien aux USA qu’en Europe pour ses solutions et son excellent blog.

Et au delà de son blog et du bouche-à-oreille, Sumo utilise beaucoup le mail de prospection pour atteindre leurs prospects. Ils ont une super équipe de copywriter qui sont capables de délivrer des aussi bons cold emails que celui-ci :

Ce mail était en anglais mais je l’ai traduit pour vous 🇺🇸 Il a été envoyé à des leads devenus froids qui avaient déjà consulté Sumo, via un téléchargement d’ebook ou autre lead capture. Et sa grand force est qu’il paraît super personnel alors que c’est en réalité un template 👏👏👏

Disséquons cet exemple de mail de prospection ensemble maintenant pour en tirer des leçons et s’inspirer !

Chirurgie ligne par ligne de cet exemple de mail de prospection

Je vais étudier chaque phrase et faire ressortir l’idée et les techniques de copywriting que vous pourrez adapter lors de vos prochains mails. Il y a du très bon et du plus discutable. Voyons voir ce que ça donne.

L’objet à ne pas reproduire

{Prenom du destinataire} <> {Prenom de l’envoyeur} from Sumo » ou si vous préférez : « Jack <> Matt from Sumo »

Autant je trouve le contenu de cet exemple de mail prospection excellent, son objet reste très perfectible. Donc pas de louanges de ma part là-dessus.

Ici ils se sont contentés d’un objet « simple » jouant seulement sur la personnalisation du prénom car il y a déjà eu un contact entre le prospect, qu’on appellera « Jack » et Sumo. Il connaît l’entreprise, qui plus est Sumo peut se reposer sur sa belle réputation pour établir le lien.

Cela marche dans ce cas précis, mais si Sumo n’était pas connu de ce prospect, le taux d’ouverture aurait été plus faible avec un objet comme celui-ci.

Il aurait pu être plus pertinent de trouver un lien avec le contenu du mail et d’ajouter une émotion comme le désir ou la curiosité. Je ne vous recommande pas de copier cet objet, allez plutôt faire un tour sur mon article sur les bons objets de mail pour vous inspirer.

La salutation à la cool

« Salut Jack »

La version anglaise disait « Howdy », « Salut » en Texan. Matt (le copywriter de Sumo) utilise un terme comme « Salut » plutôt que « Bonjour »  suivi du prénom du prospect pour deux raisons :

  • Il sait que son prospect est du genre à accepter facilement des « Salut » et à se faire appeler par son prénom par ses collègues, partenaires et clients
  • Il positionne dès maintenant son ton amical et cool qui va transpirer tout le reste du mail

L’accroche établit le lien

“Il me semble que vous vous êtes renseigné sur Sumo il y a quelques mois”

Le but de l’accroche est d’interpeller, d’accrocher le lecteur et de commencer à susciter son intérêt. Mission accomplie car il lui lance une vérité : il a en effet pris des renseignement sur Sumo il y a quelques mois.

Le prospect sent que ce mail est personnel et bien adressé à lui. Matt connait sa « récente » activité avec Sumo. Well done, le lien est établi. La suite ?

L’humour pour réchauffer l’email à froid

“Désolé de ne pas être revenu vers vous plutôt… J’étais occupé à perfectionner mes skills de beatboxing”

Ici, Matt insère un peu d’humour pour rendre le mail moins formel et plus amical. Son objectif est de se rendre davantage humain et se faire apprécier par son lecteur.

Qu’on apprécie ou non l’idée de faire une blague, il faut reconnaître que cela réchauffe le mail lorsqu’elle est courte et de bon goût. Et même si j’ai vu plus fun que le beatboxing niveau vanne, celle-ci est assez décalée pour esquisser un sourire.

Surtout ! Il fait une blague car c’est en accord avec le ton de son mail et la voix globale de Sumo. Dans tout son marketing, Sumo n’hésite pas à être décalé. Donc continuer cette voix dans les mails de prospection est logique, et habile ! +1 pour Sumo 👍

Donner de l’importance et s’intéresser à son prospect

“Anyway, notre growth expert Kevin a épluché une tonne de sites et a sélectionné celui de {entreprise cible}.”

Bon pour le « Anyway« , je n’ai pas vraiment de traduction qui colle bien (Bon? Bref?). C’est d’ailleurs pour ça qu’on entend souvent des français sortir ça en plein milieu d’une phrase comme si de rien n’était (oui je juge un peu).

Anyway, ce passage est excellent car il donne de l’importance à Jack. C’est fort car il le fait se sentir presque unique : parmi tous les sites analysés, c’est le tien qu’on a sélectionné !

Il se dit que Sumo s’intéresse bien à lui. Et ajoutons à cela la personnalisation avec le nom de son entreprise, c’est du beau boulot !

2 autres choses à retenir de cette phrase :

  • le choix judicieux des mots comme « éplucher », « une tonne », « sélectionné » qui sont dynamiques, vivant et relève la phrase pour garder ce ton informel.
  • insérer le prénom d’un collègue rend le mail encore plus humain et authentique, non robotique. « Il y a vraiment quelqu’un qui a choisi mon site, merci Kevin tu es un gars cool ! »

Apporter de la valeur en piquant son prospect

“Pourquoi ?
Parce qu’on adore ce que vous faites MAIS, on a aussi vu deux choses que vous devriez corriger.”

Ici, 3 éléments à retenir et intégrer à vos prochains mails :

  • Offrir de la valeur à son destinataire : il y a 2 « erreurs » sur son site qui peuvent être améliorés. Qui plus est, une déclaration aussi chevaleresque va piquer sa curiosité autant que son orgueil. « Quels sont ces 2 choses que j’ignore? »  Excellent moyen d’apporter de la valeur et d’inciter sa cible à l’action !
  • Le dynamisme avec “Pourquoi ?” puis “MAIS” pour donner plus de panache au mail.
  • Flatter : c’est très américain mais si vous admirez et respectez sincèrement ce que fait votre prospect, n’hésitez pas à lui dire. Ça fait plaisir et vous gagnez en capital sympathie.

Un CTA irrésistible

“DONC on peut vous montrer exactement comment corriger cela jeudi prochain à 16h 🙂
Êtes-vous partants pour un partage d’écran pour voir ce que je veux dire ?”

C’est le moment de conclure son mail et d’inciter le brave Jack à passer à l’action.

Et quoi de plus irrésistible (et logique) que de lui proposer de résoudre gratuitement ses deux problèmes sur son site ? D’autant plus par des experts reconnus de la conversion !

Le CTA en deux temps avec la question dans la deuxième phrase fonctionne parfaitement. Un créneau est proposé, pas forcément la meilleure technique mais cela reste un détail. C’est précis : partage d’écran pour montrer ce qui doit être corrigé. Le tout avec un smiley 🙂 pour insister sur le fait qu’ils sont vraiment très très sympas.

Signé et tamponné

“Sumo Love,Matt”

Pas de « bonne journée » ou « cordialement » mais un mot d’au revoir signature de Sumo. Ni de nom de famille ou d’infos supplémentaire sur ce gentil Matt. Pas de dissonance cognitive c’est sûr, du « Howdy » à « Sumo Love » on reste dans le cool jusqu’au bout. C’est cohérent et ça marche.

Toutefois, et ce n’est là que mon modeste avis, je trouve que cela fait très gringo. Si on m’envoie ça ou « Coca Colove » pour office de salutations, je ne suis pas forcément réceptif. En plus, j’aimerais avoir un tout petit plus d’infos sur Matt. Vous aussi ?

Et la méthode AIVOCA dans cet exemple de mail de prospection ?

Vous avez sûrement lu mon article sur les 6 éléments indispensables pour écrire un mail de prospection.

Alors pour voir si je ne dis pas de bêtises, qu’en est-il de la confrontation entre cet exemple de mail de prospection et ma méthode ?

Mieux vaut un petit montage pour clarifier tout ça :

On est sur du 5/6 car dans ce mail, Matt n’utilise pas de preuve sociale pour crédibiliser davantage sa prise de contact. Si ce n’était pas une entreprise aussi connue que Sumo aux USA, ça aurait été un carton rouge mais il peut jouir de la notoriété de la boîte pour ne pas avoir à citer le nombre de clients ou des exemples d’entreprises similaires que Sumo a aidé. Ce qui pourrait ne pas être votre cas si vous êtes une petite entreprise.

Donc rajoutez une preuve sociale si votre prospect ne vous connaît pas !

À retenir pour vos mails de prospection

J’espère que cette analyse d’un bon exemple de mail de prospection vous sera utile. Dites-moi dans les commentaires si vous aimez ce format et que vous voudriez voir davantage d’articles analyse de la sorte.

Et avant le point final, je vous pointe les 4 leçons clés à emmener avec vous :

  • Le dynamisme, le ton amical et très humain de Matt du début à la fin qui connaît sa cible et parle son langage (respo marketing ou CEO de start-up)
  • Les éléments clés d’un excellent mail de prospection – AIVO(C)A
  • Un mail template qui semble vraiment personnel à son destinataire
  • Les sauts de ligne pour aérer et faciliter la lecture

Et, si cela vous a bien plu, partagez l’article 😉

Hidden Content

4 Commentaires

  1. Clément a dit:

    Super article ! Le format est bien adapté.
    Je vais essayer d’adapter ça à mes leads !

    30 janvier 2019
    Répondre
    • Julian Gauthier a dit:

      Merci, bonne réussite !

      30 janvier 2019
      Répondre
  2. Pierre a dit:

    Hyper intéressant! Les explications sont claires et l’article est plaisant à lire!

    8 février 2019
    Répondre
    • Julian Gauthier a dit:

      Merci 🙂

      11 février 2019
      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *